DEBUT DE L’ANNEE JUBILAIRE

DE SAINT-JOSEPH

Sermon prononcé en l’église du Sanctuaire Saint Joseph du Bessillon, le 9 décembre 2020

 

H ier, jour de l'Immaculée Conception, le Saint-Père, le Pape François, a déclaré une année jubilaire à l'occasion du 150e anniversaire de la déclaration de Saint-Joseph comme Patron universel de l’Eglise. Et c'est une nouvelle qui remplit de joie toute l'Église, mais surtout nous, fidèles et pèlerins, à la communauté des sœurs Mater Dei, qui venons habituellement dans ce lieu privilégié. Un lieu choisi par Saint Joseph lui-même pour se manifester et rendre visible son aide et sa protection en de très nombreuses occasions.

Nous sommes tous invités à vivre un temps extraordinaire de grâce. L’Église elle-même est appelée à offrir en abondance des signes de la présence et de la proximité de Dieu, pour réveiller dans nos cœurs la capacité à regarder l’essentiel pendant tout cette année, pour grandir dans notre vie intérieure, pour grandir dans notre amour de Dieu, et pour nous rendre dignes des grâces très importantes et particulières, tout par l’intercession de Saint Joseph.

Aujourd'hui, nous commençons une nouvelle année, au cours de laquelle nous vivrons, à travers la liturgie, tous les mystères de la vie, de la passion et de la mort de Notre Seigneur, sa naissance à Bethléem, son enfance, son adolescence, sa vie publique, sa passion et sa mort sur la Croix...

Toute la vie du Christ a toujours été accompagnée par la Croix, c'est vers elle que Jésus a dirigé toute sa vie ; toute sa vie a été une offrande en vue de notre salut, avec son regard toujours fixé sur la Croix.

Pour cette raison, il faut se rappeler que toute croix naît dans l’atelier de saint Joseph, que la vie de Jésus commence à Bethléem, que sa passion commence à Bethléem. Parce que tout est dans les commencements, saint Joseph connaît tout cela mieux que nous. Il a préparé Jésus. Il entendu la prophétie de Siméon et recueilli le témoignage des Écritures. Chaque soir, il disait à l’Enfant Jésus : « Souviens-toi Israël », souviens-toi qui tu es : l’Agneau pour le sacrifice, la Pâque pour ton peuple….

Au-delà des soins et de la protection dont tout enfant a besoin, Marie et Joseph ont apporté à Jésus des connaissances essentielles à sa mission messianique. De Marie, sa mère, servante de la sainte humanité du Sauveur, il a appris comment on se donne aux hommes. De Joseph, son père, le serviteur Silencieux, il a reçu de transformer tout acte humain, en une référence au Père.

Et l’un et l’autre, chacun selon sa grâce, offre le Sauveur à l’humanité. À Bethléem comme au Golgotha, Marie offre Jésus à notre adoration. À Nazareth comme en Égypte, Joseph ouvre les routes qui conduisent à la nouvelle Arche de l’Alliance.

Cette nouvelle année jubilaire nous remplit d'une joie profonde, mais c'est aussi un grand engagement pour nous tous. Dieu a voulu que par sa Providence nous soyons les témoins privilégiés de ce jubilé, mais cela implique aussi une grande responsabilité, celle de grandir dans notre dévotion à saint Joseph, mais aussi la mission sérieuse, dévouée et passionnée de diffuser sa dévotion et de la propager.

Le Pape François écrivait hier, pour annoncer l’année jubilaire : « Le but de cette Lettre Apostolique est de faire grandir l’amour envers ce grand Saint, pour être poussés à implorer son intercession et à imiter ses vertus et son élan.

En effet, la mission spécifique des saints est non seulement d’accorder des miracles et des grâces, mais d’intercéder pour nous devant Dieu, comme l’ont fait Abraham et Moïse, comme le fait Jésus, « unique médiateur » (1 Tm 2, 5) qui est auprès de Dieu Père notre « avocat » (1 Jn 2, 1), « toujours vivant pour intercéder en [notre] faveur » (He 7, 25 ; cf. Rm 8, 34).

Les saints, le Pape continue à nous dire, aident tous les fidèles « à chercher la sainteté et la perfection propres à leur état ». Leur vie est une preuve concrète qu’il est possible de vivre l’Évangile.

Jésus a dit : « Mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur » (Mt 11, 29), et eux sont à leur tour des exemples de vie à imiter. Saint Paul a explicitement exhorté : « Montrez-vous mes imitateurs » (1 Co 4, 16).[29] Saint Joseph le dit à travers son silence éloquent.

Devant l’exemple de tant de saints et de saintes, saint Augustin s’est demandé : « Ce que ceux-ci et celles-ci ont pu faire, tu ne le pourrais pas ? ». Et il a ainsi obtenu la conversion définitive en s’exclamant : « Bien tard, je t’ai aimée, ô Beauté si ancienne et si nouvelle ! ».[30]

Il ne nous reste qu’à implorer de saint Joseph la grâce des grâces : notre conversion.

Et le Pape finit avec cette prière :

Salut, gardien du Rédempteur,
époux de la Vierge Marie.
À toi Dieu a confié son Fils ;
en toi Marie a remis sa confiance ;
avec toi le Christ est devenu homme.

O bienheureux Joseph,
montre-toi aussi un père pour nous,
et conduis-nous sur le chemin de la vie.
Obtiens-nous grâce, miséricorde et courage,
et défends-nous de tout mal. Amen.

Abbe Luis Ardanaz

Aumonier du Sanctuaire Saint Joseph du Bessillon